Le ventre est toujours plus fort que la tête

Mon ventre et moi, première rencontre.

La première fois qu’on l’aperçoit, c’est souvent par mégarde. Ça arrive un beau matin, au sortir de la douche. On est à poil, on s’approche du miroir. On sifflote parce qu’on est bien. On se brosse les dents, on se sourit. On se sèche les cheveux, on se peigne, on se façonne son petit look, on se met sa petite crème… on se regarde faire, on s’évalue, on s’apprécie, on s’aime, on se recule et bam ! On le voit ! Où plutôt, il vous surprend ! D’abord on n’y croit pas. Pas à moi. Pas comme ça. Pas d’un coup. On se dit qu’on a trop mangé hier soir, c’est pour ça ! On se dit qu’on doit se mettre au sport, qu’on doit… qu’on doit… on contracte ses abdos et aussitôt, pfft…. disparu. Aussi vite qu’il était apparu. On y pense déjà plus. Jusqu’à la deuxième fois. Elle peut arriver le lendemain comme un mois après. Un mois après étant le pire, le plus sournois. Le lendemain, c’est mieux. avant après ventre plat On est dans le move, on sait où regarder, on commence à cibler le problème. On commence à se rendre compte qu’il va falloir se persuader à penser à envisager sérieusement de se mettre à faire quelque chose, un truc. Un mois après, c’est un coup de massu. On l’avait oublié. Il se rappelle à vous de façon brutale. Et s’il disparait de nouveau, votre esprit ne sera plus jamais vraiment tranquille. Comme s’il était parti à la Schwarzy en vous narguant d’un : « I’ll be back! ». Pour résumer, que la seconde fois se passe le lendemain ou même un an après, vous venez de faire plus ample connaissance avec cette étendue de peau sans réel intérêt jusque là et qui jusque là d’ailleurs avait toujours été à la fois muette et discrète mais surtout, surtout, avait toujours été on ne peut plus plate : votre ventre.

Mon ventre me hait !

Faire du sport, boire beaucoup d’eau et manger sainement sont les armes redoutables de tous les bogoss. Elles seules permettent l’équilibre et la détente nerveuse. Le sport sollicite le cœur et brûle les calories. L’eau hydrate et favorise l’élimination des toxines. Manger sainement rend léger et dynamique. Peu de choses en somme mais qui une fois combinées contribuent à remettre le ventre à sa place, c’est à dire à plat. Il suffit simplement de s’y mettre. Donc, puisque vous voulez rester un bogoss, vous vous y mettez, tout simplement . De bon cœur, qui plus est. Doucement mais sûrement. Et ça marche. Un temps ! ventre plat - bouéeVient immanquablement un moment, un jour, une semaine où on est un peu plus relâché. Un peu plus flagada à cause du changement de temps, vidé par le travail, voire courbaturé par le sport… et re-bam ! Le revoilà, ce putois. Big Bam même, car cette fois, c’est l’effroi. Malgré le sport abrutissant, les litres de flotte jusqu’à en vomir et les kilos de légumes vapeurs religieusement ingérés à chaque repas, ce galeux n’est jamais parti. Il restait tapis en bas n’attendant que ce fugace instant d’alanguissement incontrôlé pour vous ressurgir à la face de toute sa superbe comme lors de votre première rencontre. Le même ! Intact comme si vous n’aviez jamais rien fait depuis. Insolent dans son infaillibilité ainsi démontrée à se reconstituer rapidement ; ce qui est le plus tuant, le plus décourageant. Dès que vous vous ressaisissez, c’est sport à donf, flotte à gogo et du sain, du sain, du sain à tous les repas. Vous venez de prendre méchamment conscience de l’ampleur du combat qui vous attend. Votre ventre tends vers l’extérieur, inexorablement, quand votre esprit le veut vers l’intérieur, à tout prix. La guerre est déclarée, votre première rencontre semble déjà bien loin.

Mon ventre commande

conseils ventre plat
conseils ventre plat

Dorénavant, et au mépris de votre mental de winner, votre ventre est toujours un poids dans votre tête. Torse nu l’été, sous un pull un peu serré l’hiver, en maillot à la piscine ou sur la plage, assis, debout, couché, n’importe où et surtout en public, vous commencez par penser à lui. Vous vous habillez en fonction de lui. Vous vous tenez en fonction de lui. Vous vous comportez en fonction de lui. Tout part de lui. Car ce ventre autrefois si docile, si soumis s’est parfois gonflé, ballonné au pire moment de la journée. Il s’est montré noué, tendu et des fois carrément dérangé, barbouillé, totalement en vrac voire nauséeux. Une bière de trop, un bon repas, un coup de stress, un virus qui passe, une envie pressante retenue un peu trop longtemps… il sonne le tocsin. Vous rappelle qui commande.

Mon ventre a tout son temps

publicité sport ventre plat
publicité sport ventre plat
 crème ventre plat
crème ventre plat

Vous pensez à regarder les autres aussi. Vous vous comparez avec ceux de votre age. Vous êtes sans pitié pour ceux qui ont laissé tombé, ceux dont le ventre déborde de partout sans complexe. Vous jalousez ceux qui ont la ligne et cette jalousie est teintée de culpabilité puisque vous savez pertinemment comment arriver au même résultat. Les salles de sport vous font de l’œil ? Vous passez devant en serrant les abdos. Les abris bus vous harcèlent de pubs pour produits spécial ventre plat, vous les regardez au second degré, entre amusement et irritation. Vous croisez de jeunes branleurs débraillés aux ventres en béton, vous pensez à tous ces hommes âgés tous plus ou moins bedonnants. Le ventre a tout son temps, il faut composez avec lui le plus longtemps possible, c’est tout. Vous le savez à présent, et tandis que les branleurs s’éloignent insouciants, vous savez qu’ils sauront eux aussi. Et certains bien plus vite qu’ils ne le croient.