Quand les photographies publicitaires ouvertement sexuées étouffent la photographie d’auteur

Du sexe et des photographies de beaux mecs en veux-tu en voilà

Nous vivons une époque formidable penseraient à coup sûr nos ancêtres, les gays des siècles passés. Aujourd’hui, il suffit d’un simple téléphone portable et d’une connexion internet même un peu faiblarde pour avoir du sexe en abondance. Il suffit de taper « gay à poil » sur google image et si vous vous trouviez en pleine campagne, les rétines douloureusement en manque de photographies de mecs nus et souriants, vous serez repus, vos yeux enfin soulagés. S’il vous faut un vrai mec à toucher, il existe également les applications qu’il vous faut pour vous trouver au plus vite un mec disponible dans les environs. Le sexe est devenu simple comme un clic. Grâce à internet, et grâce surtout à la magie de la photographie. Cette surabondance de virilité ou de gaytitude ainsi exposée pourrait donner un côté viande, pourtant elle reste excitante. Tapez « gay » dans google image et vous verrez ça :

capture-ecran-google-image-gay
capture d’écran – google image-gay

Rien de très sexuel, certes, mais tous ces torses dénudés, ces shorts moulants, ces maillots de bain, ces sourires béats et enjôleurs… ils donnent une impression de grande fêtes internationale faite de camaraderie potache, de bisous dans le cou et de sexe fun et sans lendemain. Pour google image, « gay » veut dire sex and sun version gay dans une ambiance gay pride. Aucune trace d’homophobie, aucune trace de violence, aucune trace de drogue, de solitude, ni de sida, ni de vieillesse, ni de laideur non plus. Du beau, du smile et du festif. Comme un slogan.

beau-gosse-publicite
Beau gosse – Publicité

Le même slogan appliqué et imposé à toutes les photographies publicitaires qui proposent le corps masculin comme support commercial. Tout le monde se fout si le modèle est gay ou pas, il est canon et il correspond aux canons de l’époque, cela suffit amplement. Le plus important est qu’il soit beau et lisse. D’ailleurs la peau du modèle est photoshopée pour gommer toute imperfection, même minuscule.

L’homo-érotisme d’auteur

Si un martien débarquait sur terre et voyait toutes ces images, la conclusion lui serait évidente. Sur cette planète, évolue une population appelée « Les Gays ». Ils sont beaux, sveltes et musclés, éternellement jeunes, ils vivent torses poil sur une plage ou une piste de danse et vivent de musique et de soleil. La réalité, on le sait tous, est que cette réalité est avant tout commerciale. Apparemment, google est friand de ces images publicitaires aux référencements utlra calibrés par des petits champions du SEO (search engine optimization). Pourtant, car pourtant il y a, il existe d’autres images représentant l’homosexualité, ou le désir homosexuel. Celles-ci sont beaucoup plus travaillées et reflètent davantage un univers d’auteur qu’un univers de parfum ou de vacances à Ibiza. L’éclairage ne pète pas à la figure de celui qui regarde. Les couleurs ne sont pas ultra saturées. Le flou, la zones de netteté, tout est calculé. Les modèles ne sont pas forcément musclés. Ce sont même parfois de belles photographies avec des modèles assez standards. Pire, ce sont même parfois des photographies avec des modèles qui portent des vêtements. Et quand on les regarde, l’érotisme est bien là. À peine suggéré. Prenons ces deux photographies. La première est de Jean-Baptiste Huong, un photographe français, la seconde est du photographe californien Matthew Kulish.

jean-baptiste-huong-photo
Jean-Baptiste-Huong – photographe
matthew-kulisch-photo 1
Matthew Kulisch – Photographe

Chacun de ces auteurs fait également du nu, mais ces deux photographies là représentent quand même assez bien leurs univers. Jean-Baptiste Huong photographie davantage les barbus presque trentenaires quand Matthew Kulish photographie des modèles jeunes et imberbes. Les modèles qui vous regardent ne sont ni souriants, ni enjôleurs. Ils ne vous invitent pas au sexe débridé ou à une party sur la plage. Les visages sont fermés mais sereins. Il y a de la douceur dans ces clichés pourtant très différents. Alors que l’on peut zapper des photographies publicitaires pendant des heures, les bonnes photographies d’auteurs vous retiennent. L’érotisme étudié qui s’en dégage provoque des réactions différentes selon celui qui regarde. C’est leur force. Une photographie publicitaire de modèle à moité à poil vous vend du sexe et du rêve quand une photographie d’auteur vous raconte une histoire et son modèle vous invite à la rêverie.

matthew-kulish-photo-2
Une autre photo de Matthew Kulish pour la route